Olivier Mercier-Gouin (radio)

M. Mercier-Gouin a d’abord été comédien, puis professeur, annonceur, reporter, animateur, interviewer et enfin, réalisateur. À seize ans, premiers contes et poèmes publiés par la revue Amérique Française et les journaux NotreTemps et Le Canada. En 1948, à vingt ans, il crée, à la radio de Radio-Canada, «La Librairie Métropole » dont il signe les textes et incarne les personnages. En 1951, année où on peut le voir jouer au théâtre du Rideau-Vert il réalise à CKAC La Chronique de «St-Léonide» sur des textes d’Yves Thériault. En 1952, il décroche le Prix de la Radio Canadienne pour la présentation d’Aaron, du même auteur, dans le cadre de cette série. Entré au Service International de Radio-Canada en 1954, il réalise de nombreux reportages et récits de voyage. Il révèle à la France, qui le connaissait déjà pour ses chansons, l’écrivain Félix Leclerc, dans une série d’émissions diffusée à la chaîne française, l’ORTF.

On lui doit aussi la conception d’une plaquette « Poèmes et Chansons », un recueil de contes et nouvelles, « Jeux de Masques », publié au Cercle du Livre de France, et à la radio, avec Jean Vallerand, de l’émission «Carrefour du Théâtre et de l’Opéra» . À partir de 1958, il se consacrera à «La Revue des arts et des lettres». Et puis ce sera «Les Nouveautés Dramatiques», crée par Guy Beaulne, et «Sur Toutes les scènes du Monde», émission pour laquelle il signe près d’une centaine de réalisations d’œuvres littéraires et dramatiques de qualité exceptionnelle. Il réalise en même temps des reportages et des documents variés : «Sur les Boulevards» en 1961, «À travers le Temps et l’Espace» en 1962, «Première» en 1973, «Escales» et de nombreuses autres émissions. Ollivier Mercier Gouin a réalisé pour la radio «Le Barbier de Séville», qui conserve encore aujourd’hui l’unique distinction d’avoir été diffusée par les chaînes anglaises et françaises de Radio-Canada et par la chaîne WNYC de New-York. En 1961, il a reçu une médaille de bronze du lieutenant Gouverneur, pour son travail de scripteur et de réalisateur au gala de l’hebdomadaire de Radiomonde. En 1963, il est devenu le premier président de l’Association des réalisateurs de la radio.